Argentan [POLITIQUE] Présidentielle : qui soutient qui en pays d'Argentan ?

Dimanche, les électeurs sont appelés aux urnes afin de désigner les deux finalistes dans la course à l'élection présidentielle. Retrouvez les dernières consignes de vote ou prises de position de la part des élus locaux.

19/04/2017 à 15:51 par christophe

Laurent Beauvais, Philippe Senaux et Yves Goasdoué ont dit pour qui ils voteraient dimanche. -
Laurent Beauvais, Philippe Senaux et Yves Goasdoué ont dit pour qui ils voteraient dimanche. -

-> Laurent Beauvais, président d’Argentan Intercom

Sur sa page Facebook : « Je lis Jacques Généreux, économiste en chef de Jean-Luc Mélenchon. Il a raison de critiquer les théories néolibérales (celles de François Fillon) qui ont échoué mais hélas il en reste à la pensée de Keynes, revisitée certes, mais sans nuance et sans vraies propositions. On ne peut faire la révolution économique dans “un seul Pays” comme on pensait pouvoir le faire pour le socialisme il y a un siècle !

Au PS, dans mon parti, c’est la voix seule de Thomas Piketty qui s’exprime derrière Benoît Hamon. Ça ne me satisfait pas plus, je ne m’y reconnais pas. Cette pensée est brouillonne. J’en suis triste. Il faut aller au-delà en prenant le meilleur des expériences et des idées économiques et en considérant mieux le bilan de François Hollande qu’il est trop facile de “fronder”.

J’ai donc décidé.

Il ne faut plus tergiverser. L’heure est au choix et au vote de la raison. Je voterai donc Emmanuel Macron, ses conseillers économiques et notamment Jean Pisani-Ferry me semblent proposer un chemin nouveau pour la lutte contre le chômage du XXIe siècle. »

-> Maryse Oliveira et Philippe Senaux, conseillers départementaux des cantons de Magny et d’Athis

« Nous, conseillers départementaux de l’Orne et conseillers régionaux pour l’Orne, appelons à soutenir et voter pour François Fillon.

Dans cette période instable où le terrorisme est présent, où la tension entre les grandes puissances devient dangereuse, il faut à la France un président solide, qui a de l’expérience, et la connaissance des grands enjeux internationaux. Seul François Fillon possède ces qualités.

Après un quinquennat Hollande Macron désastreux économiquement et socialement, avec le chômage de masse qui persiste contrairement aux autres pays européens, avec la pauvreté qui a explosé, avec une pression fiscale devenue insupportable, avec des régimes sociaux menacés, il nous faut un président qui ose proposer de vraies réformes structurelles, copier les mesures positives expérimentées en Allemagne, au Canada ou au Royaume-Uni. Seul François Fillon a ce courage et ces propositions économiques et sociales enthousiasment les entrepreneurs, les artisans, les agriculteurs qui auront enfin les moyens et l’environnement favorable pour investir et relancer la croissance et l’emploi.

Avec un endettement dramatique où l’État doit déjà rembourser chaque seconde 2 400 €, nous refusons de continuer à condamner les futures générations à rembourser nos dettes et à condamner ainsi leur avenir. François Fillon est le seul qui ose s’attaquer à ce problème crucial.

Nos territoires ruraux sont de plus en plus oubliés : déserts médicaux, zones blanches pour le téléphone ou internet, écoles et petits commerces menacés etc. Seul François Fillon, élu de base de la Sarthe, territoire rural, connaît ces territoires et les problèmes liés. Ce ne sont pas les « bobos » parisiens, sortis de l’ENA comme Macron, qui perçoivent la réalité de la situation des territoires ruraux qu’il faut défendre.

Pour ces raisons, et parce que François Fillon sera le seul qui pourra aussi disposer d’une majorité au parlement pour soutenir son programme, nous appelons les Ornais à voter dès le 23 avril pour François Fillon.

-> Yves Goasdoué, député d’Argentan-Flers

“Depuis des semaines, par loyauté pour celles et ceux qui se sont déplacés pour voter aux primaires de gauche, je m’abstenais de prendre position sur les élections présidentielles.

Je ne fais guère confiance aux sondages. Je sens, en revanche, le territoire et les gens. L’exaspération, souvent légitime, est réelle, profonde, ancrée. Elle pousse des personnes sensées, de qualité, autrefois modérées vers les extrêmes.

François Fillon, en tout cas son programme, s’apparente à une forme d’extrémisme par sa radicalité. C’est pourquoi, en dépit des circonstances, il fait mieux que résister et pourrait parfaitement se qualifier au second tour. Voulons-nous avoir à choisir entre le FN et François Fillon ? C’est la catastrophe qui se profile et pour ma part, je ne peux m’y résoudre.

Je veux voter positif, je veux voter progressiste, je veux voter réaliste, je veux voter pour quelqu’un qui disposera d’une majorité à l’Assemblée Nationale pour mettre en œuvre son programme.

Quelle est objectivement la situation des forces de gauche et des progressistes ?

La division de la gauche entraîne la chute inéluctable de Benoît Hamon. Ceci est écrit depuis le soir du second tour des primaires. La candidature de Jean-Luc Mélenchon et la division interne du PS rendent inaudible un programme pourtant chiffré, intelligent et en phase avec les préoccupations de la vraie vie. C’est comme cela, aucune incantation, aucune pensée magique ne viendra à bout de cette réalité.

Jean-Luc Mélenchon dit progresser. Je n’en sais rien, c’est possible ! Force est de constater que l’homme est intelligent, cultivé, tribun, qu’il a de vraies convictions de gauche. Force est aussi de constater que son programme est impraticable financièrement, que les coups de menton ne changeront pas la politique européenne tant que la gauche française sera isolée et surtout, surtout, force est de constater qu’il ne pourra jamais réunir une majorité parlementaire.

Il n’y a pas, en France, de majorité de gauche extrême dans les circonscriptions, sixième république ou pas, c’est l’impasse, la cohabitation immédiate, l’instabilité. On imagine une cohabitation Jean-Luc Mélenchon avec une majorité parlementaire Les Républicains ! Pauvre de nous ! Pauvre France.

La situation est ainsi et pas autrement !

Au milieu de ce chaos, une force nouvelle est née. Elle est en marche. Elle déroute car elle casse les codes de la politique. Elle renverse les barrières en réunissant des citoyens et des élus censés être opposés. Elle met à mal les vieux partis et ose des idées non conformistes.

De gauche ou de droite ?

À coup certain, En Marche, est un mouvement progressiste, pas une once de repli identitaire, pas un propos démagogique ou discriminant, une grande ouverture d’esprit sur les sujets de société ou de mœurs, un souci de protection des personnes les plus en difficulté mais aussi un rapport à la production et à la distribution des richesses sans tabous ou blocages.

La force que dirige Emmanuel Macron fait fi des vieilles recettes, trouve son inspiration dans toutes les couches de la société et tente d’imaginer et de comprendre le monde de demain plutôt que de rafistoler de vieilles idées.

Ce mouvement peut réunir, à raison même de sa structure non partisane, une large majorité parlementaire.

Je suis comme beaucoup d’entre vous. J’ai douté et voulu respecter le choix des électeurs des primaires. Mais le moment de prendre position publiquement est venu.

Dimanche soir prochain n’ayons pas la gueule de bois en étant obligé de choisir entre Le Pen ou Fillon.

Dimanche, je voterai Emmanuel Macron, pour une nouvelle manière de faire de la politique, pour donner sa chance à ce mouvement inédit sous la cinquième république, pour qu’enfin les progressistes de notre pays puissent se rassembler. J’appelle celles et ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs, veulent agir et éviter le pire à se joindre à moi. »

61200 Argentan

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Argentan - Vendredi 28 avril 2017

Argentan
Ven
28 / 04
14°/2°
vent 10km/h humidité 78%
Sam15°-3°
Dim17°-7°
Lun15°-6°
Mar16°-6°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne