Argentan [RENCONTRE] Eloïse Auboiron, d'Argentan à Rio en passant par Sciences Po

Depuis le mois de juillet, l'Argentanaise Eloïse Auboiron réside à Rio de Janeiro. Elle suit une année obligatoire à l'étranger, dans le cadre de ses études à Sciences Po. Rencontre.

12/04/2017 à 16:00 par christophe

Eloïse Auboiron devant la magnifique vue de Rio. -
Eloïse Auboiron devant la magnifique vue de Rio. -

-> Vous étudiez à Sciences Po. Quel a été votre parcours ? Par quels établissements scolaires êtes-vous passée ?

Mes parents, mon frère et moi-même sommes arrivés à Argentan alors que j’avais à peine sept ans. J’ai effectué l’ensemble de mon enseignement primaire à l’école Notre-Dame puis me suis tout naturellement dirigée vers le collège et lycée Jeanne-d’Arc, où j’ai reçu un profond soutien de la part du corps enseignant et de mes camarades concernant ma candidature à Sciences Po Paris.
Aujourd’hui, je suis une formation qui m’épanouit par son intensité et la richesse de sa composante intellectuelle.

-> Vous êtes entrée à Sciences Po sans passer par les années de prépa. Comment avez-vous fait ?

En réalité, il n’est possible d’accéder au premier cycle de Sciences Po Paris qu’après l’obtention du Baccalauréat. Les années de prépa sont prévues pour les aspirants aux Instituts d’Études Politiques dits « de province », mais la grande majorité des lycéens aspirants à Paris ont recours à des préparations privées, souvent très coûteuses, tout au long de leurs années de Première et Terminale.
Je considère que ne pas y avoir eu accès a été un atout, puisque je n’ai pas été « formatée » par la prépa. Je suis restée naturelle, et n’ai compté que sur mon travail et mes propres arguments.
Le soutien permanent de mes proches et enseignants, qui m’ont fourni une méthodologie cruciale à l’aboutissement de mon dossier, a également été primordial.
Eloïse Auboiron, pleine de vie, au Brésil.
Eloïse Auboiron, pleine de vie, au Brésil.

-> Au-delà de vos études, vous participez à des débats internationaux. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Outre sa formation purement académique, Sciences Po Paris dispose de nombreuses possibilités d’engagements, qu’ils soient sportifs, artistiques, caritatifs ou intellectuels.
Je suis entrée en première année avec l’objectif de participer de manière active à la vie de mon campus. L’une des activités pour laquelle j’ai tout de suite « accroché » est la simulation de débats diplomatiques.
Un thème de discussion est décidé en amont par le comité d’organisation et chaque participant, qui représente un pays en qualité de diplomate, doit tenter d’élaborer des solutions au(x) problème(s) présenté(s). Ce programme m’a énormément enrichie, puisque qu’après avoir simulé dans plusieurs universités à travers le monde, je peux sincèrement affirmer que mon aisance orale et mes capacités à argumenter de manière claire se sont affermies.
Eloïse Auboiron devant la magnifique vue de Rio. -
Pour Eloïse Auboiron, c'est l'occasion de découvrir un continent passionnant.

-> Vous êtes depuis juillet dernier à Rio. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Tous les étudiants de Sciences Po doivent obligatoirement effectuer leur troisième année d’études à l’étranger. En réalité, au sein de mon campus, j’ai suivi pendant deux ans la spécialité « Amérique Latine, Espagne, Portugal » de manière bilingue (français / espagnol) et souhaitais continuer la logique de ma formation tout en apprenant une nouvelle langue, le portugais, et connaître un pays et une métropole en pleine transformation.
Certes, Rio de Janeiro est connu pour ses paysages idylliques, mais surtout pour son bouillonnement culturel et la qualité de ses programmes universitaires.

-> Qu’aimeriez-vous faire comme métier ? Pourquoi ? Comment cette idée vous est venue ?

Ma motivation pour entrer à Sciences Po est, dans un premier temps, survenue de mes aspirations professionnelles.
Depuis la classe de 3e, j’ai en tête de devenir diplomate, de réellement faire avancer les choses.
Cette idée s’est renforcée au cours de mes trois années de formation, puisque j’ai eu l’opportunité de rencontrer des professionnels du milieu diplomatique, un ensemble de jeunes y aspirant, et de suivre des cours liés au thème.
Néanmoins, pour être sincère, les voyages que j’ai réalisés à travers l’Amérique Latine sont les éléments qui m’ont, de fait, ouvert les yeux. La violence et les injustices socio-économiques y sont révoltantes, et justifient un engagement à la fois professionnel et personnel.

Propos recueillis par Christophe RIVARD

61200 Argentan

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Argentan - Vendredi 28 avril 2017

Argentan
Ven
28 / 04
14°/2°
vent 10km/h humidité 78%
Sam15°-3°
Dim17°-7°
Lun15°-6°
Mar16°-6°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne