Livre : La Normandie vue par ses entreprises sur 200 ans

Christian Meignan vient de publier un ouvrage qui relate deux siècles d’histoire de l’industrie en Normandie. En entretien, il revient sur le contenu du livre.

Dernière mise à jour : 27/02/2013 à 16:16

- Pourquoi un livre sur les entreprises en Normandie ?
- Parce qu’il s’agissait du sujet de ma thèse de doctorat d’histoire ! En fait, j’ai décidé de reprendre son contenu pour créer le livre. La thèse faisait 500 pages et était divisée en deux parties. Une partie sur les entreprises, et une partie d’analyse. J’ai repris 90 % de la première partie, et quelques éléments de la deuxième.

- Quelles grandes sociétés sont présentes dans votre ouvrage ?
- Moulinex, Promodès, l’Arsenal de Cherbourg, pour les plus célèbres. Il y en a une centaine en tout.

- Quelle information générale peut-on déduire de vos recherches ?
- Il n’y a pas d’information générale. Seulement des cas particuliers. Toutefois, en adoptant une approche globale, disons que la Normandie a été riche trop tôt. C’était d’ailleurs le titre d’un article de presse paru en 1975. Au XIXe siècle, il y a eu une forte croissance, des initiatives très intéressantes, dans le textile, la dentelle, la métallurgie. La Normandie, surtout la haute, était alors à la pointe. Puis, à partir de 1890, il y a eu un tournant. Les entreprises du secteur n’ont pas su s’adapter.

- Pas su s’adapter ?
- Oui. Elles se sont un peu reposées sur leurs lauriers. Elles n’ont pas réinvesti l’argent qu’elles avaient amassé dans les nouveaux secteurs porteurs, tels que l’automobile, par exemple. Les centres décisionnaires sont partis en région parisienne. Des horsains (habitants extérieurs à la Normandie) ont pris le pouvoir. De ce fait, la région est devenue un secteur de mise en œuvre et a cessé d’être dans le peloton de tête.

- Cette situation est-elle toujours valable aujourd’hui ?
- Il y a certaines rumeurs persistantes. Elles disent que la Normandie n’innoverai pas assez. J’espère que mon livre contribuera à les faire taire. Il y a aujourd’hui trois centres industriels : Caen, Le Havre, Rouen. Deux centres se trouvent en Haute-Normandie. La région est aujourd’hui dynamique.

- N’auriez-vous pas voulu mettre plus de photos ?
- C’est une question de prix. Avec OREP, on voulait rester dans une gamme autour de 20 €. Avec plus de photos, on serait monté à 40 ou 45 € l’ouvrage. C’était trop. Cela dit, il n’est pas impossible qu’une telle édition, une édition deluxe, existe un jour. Tout dépendra du succès de celle-ci.

Propos recueillis par
Guillaume JEANNE

• Dédicace. Deux siècles d’entreprises Normandes, aux éditions OREP. Prix : 19,50 €. Christian Meignan, auteur, sera présent à l’Office de tourisme de Putanges-Pont-Ecrepin le 28 février à 11 heures pour dédicacer son livre.

Christian Meignan et son livre, à Putanges-Pont-Ecrepin
Christian Meignan et son livre, à Putanges-Pont-Ecrepin.

Votre opinion
Aucun sondage actuellement

Revue de web

    fournis par Google

    Petites Annonces